Aller au contenu principal
coronavirus reprise des adoptions dans les refuges

Adoptions de chiens et chats : autoriser la reprise pour éviter la saturation des refuges

Les portes des refuges et des associations de protection animale sont fermées au public à cause de la pandémie du coronavirus Covid-19. Impossible donc de procéder aux adoptions. Pour le moment il n’y a pas d’augmentation des abandons, mais on constate une hausse d’animaux perdus, errants venant des fourrières venant gonfler les effectifs des refuges qui redoutent la saturation et donc de devoir procéder si cela perdure à des euthanasies. Pourtant, les demandes d’adoptions ne cessent d’affluer ! La SPA en appelle au bon sens et demande une dérogation ; des personnalités par le biais d’associations interpellent le Président de la République. Et la solidarités entre les associations se met en place. 

 

« Nous attendons toujours une instruction du ministère de l’Agriculture pour obtenir [une] dérogation », explique Jacques-Charles Fombonne, président de la SPA (Société Protectrice des Animaux à l’AFP (Agence France Presse). « C’est une responsabilité d’État, un problème d’ordre public, de choix politique. »

Une demande de dérogation sans réponse pour le moment

 

Car pour le moment, la SPA n’a pas obtenu de réponse suite à sa demande de dérogation pour que le public puisse venir adopter un chien et un chat après l’avoir choisi sur photo sur Internet. Et pour cela en mettant toutes les précautions sanitaires en place. La SPA se dit par la voix de son président d’ailleurs prête « à se plier à toutes les obligations pour obtenir cette dérogation ».

Des refuges au bord de la saturation

 

Les 62 refuges que compte la SPA sur notre territoire sont au bord de la saturation. « On compte 5 000 animaux dans nos refuges pour une capacité de 6 800. Il nous reste 1 800 places, ce qui correspond à quinze jours d’activité », poursuit le président de la SPA. 
Ce qui est à redouter en tout état de cause, c’est de devoir prendre une décision radicale : « Nous allons avoir des milliers d’animaux qui seront recueillis par la fourrière, que nous ne pourrons pas héberger et qui seront euthanasiés », a-t-il indiqué lors d’une interview accordée à France Info. 

Il n’y a aucun risque à adopter un animal

 

Il n’est pas scientifiquement prouvé qu’il existe un risque de contamination par le Covid-19 de l’animal à l’Homme et inversement. Il n’y a rien à redouter à ce niveau. Donc cette interdiction de se rendre sous conditions dans les refuges ou les associations de protection animale qui reçoivent des centaines de demandes d’adoptions auxquelles ils ne peuvent pas répondre ne fait qu’aggraver la situation. En Belgique, les autorités ont accepté cette dérogation malgré le confinement. Cela tend à prouver que de le faire en France, en respectant les gestes barrières, est possible sans aucun problème. 

Des personnalités interpellent le Président de la République

 

La SPA n’est pas la seule à tirer la sonnette d’alarme et à demander une reprise des adoptions. Ainsi, tout comme pour la SPA avec 36 personnalités, des chanteurs, acteurs, écrivains, humoristes, journalistes ou encore danseurs ont pour leur part répondu présents à l’appel de l’association Ethics For Animals et du Collectif Chats 100% Stérilisation Obligatoire pour demander au Président de la République que les adoptions d’animaux puissent reprendre dans les refuges et auprès des associations de protection animale.
À la demande de l’association Ethics For Animals, du Collectif Chats 100% Stérilisation Obligatoire, de One Voice, L’Arche des Associations, Convergence Animaux Politique (CAP), Solidarité Refuges et du Collectif Pattes Mauves, les personnalités demandent que soit mis en place un protocole rigoureux pour les adoptions d’animaux, en phase avec les exigences sanitaires, là encore sur le modèle de la Belgique. 
Dans la lettre ouverte qu’ils lui ont adressée, ils font « jouer » sa corde sensible : « Monsieur le Président de la République, vous-même en adoptant en refuge le chien Némo vous avez donné un signal fort, montrant que vous étiez en phase avec cet amour des Français pour leurs animaux de compagnie et que vous souteniez le travail de terrain des associations dans leur lutte contre la détresse animale. »

Les associations de protection animale s’entraident

 

L'entraide entre les associations est en marche. Défense de l’Animal, un réseau d’associations de protection animale présent sur l’ensemble du territoire et ses 270 associations et refuges indépendants membres se mobilisent et font preuve de solidarité. 
Défense de l’Animal tend donc la main se disant prêt à accueillir les animaux que la SPA ne pourra plus prendre en charge une fois ses refuges saturés.
Par ailleurs, l’association a débloqué un fonds d’urgence exceptionnel de 150 000 € afin d’aider ses structures en difficulté. Un fonds aujourd’hui porté à 500 000 €.
A cela s’ajoutent 50 tonnes d’aliments, aujourd’hui centralisées et prêtes à être distribuées aux associations membres du réseau.
Enfin, une pétition mise en ligne sur le site www.sauvonslesanimaux.org pour demander le retour des adoptions et éviter la vague massive d’euthanasies a réuni plus de 58 000 signatures en moins de 48 heures.

Bulle Bleue
L'expertise vétérinaire au quotidien

Photo : Shutterstock