Aller au contenu principal
Comment bien choisir son chien parmi plus de 350 existantes ?

Tout ce qu'il faut savoir pour bien choisir son chien

Vous vous demandez comment bien choisir son chien ? Avant de vous lancer, posez-vous quelques questions essentielles. En effet, toutes les races de chiens ne sont pas identiques, que ce soit en taille, caractère, aptitudes physiques, besoins. Elles n’ont pas toutes la même destination : compagnie, sport, travail, garde… Certains chiens sont prédisposés à des maladies, certains vivent plus longtemps que d'autres.  De nombreux critères sont à prendre en compte qui sont fonction également de vos attentes. Retrouvez dans cet article tous nos conseils pour trouver le compagnon de vos rêves.   

             

Faites le test et posez-vous les bonnes questions 

Avant d’adopter un chien, la première chose à faire est de se poser toute une série de  questions. Les réponses apportées en toute franchise et objectivité permettront de déterminer si oui ou non vous êtes prêt à accueillir un chien dans votre foyer et en assumer la responsabilité. Pour cela, demandez-vous : 

- Est-ce que je dispose du budget financier nécessaire à son entretien régulier et/ou quotidien et son bien-être ? 

- Est-ce que la race choisie correspond bien à mon mode de vie ? 

- Qu’est-ce que j’attends de mon chien : compagnie, travail, garde… ?

- Est-ce qu’il s’entendra avec les autres membres de la famille et/ou animal déjà présent le cas échéant ? 

- Est-ce que j’ai suffisamment de place pour lui ? 

- Un jardin ou la vie en appartement conviendra-elle à la race que je désire ? 

- Aurai-je assez de temps libre pour m'en occuper ?

- Est-ce que je suis prêt à le sortir quel que soit la météo et au moins deux fois par jour ? 

- Est-ce que je suis prêt à faire des sacrifices ? 

- Que ferai-je pour les vacances ou lors de déplacements ? 

- Est-ce que je suis prêt à accepter quelques bêtises, des poils un peu partout ?

Votre mode de vie en question 

choisir un chien de sport

Vous êtes sportif ou bien casanier ? À moins que vous soyez un(e) entre-deux. Certaines races de chiens ont besoin de se dépenser afin de vider leur trop plein d’énergie. Le tour du pâté de maisons ne suffira pas à les assouvir. Prenons l’exemple d’un Carlin et d’un Berger Australien. Rien à voir ! le besoin d’activité est un critère important à prendre en compte. 

Un Golden Retriever vous accompagnera facilement dans vos joggings, ce qu’il ne faudra pas attendre d’un Shih-Tzu, même si ce dernier a besoin de se dépenser en respectant sa nature. Il faut choisir son chien en fonction de ce que l’on en attend : compagnie, travail, etc.

Il est important de se renseigner sur les besoins d’activités d’un chien, tout comme son caractère

Avoir le budget nécessaire pour faire face aux dépenses 

Certaines races de chiens, parce qu’à la mode ou bien parce que très rare ou encore issu de hautes lignées se vendent cher. Ce n’est pas tout que d’acheter un chien, ou de l’adopter à moindre coût. Encore faudra-t-il pouvoir subvenir à ses besoins

L’alimentation et la santé sont les deux postes les plus importants. Pour satisfaire les besoins de son organisme l’idéal est d’avoir recours à un aliment de haute qualité. Un Mastiff va coûter plus cher qu’un Bichon, cela est évident mais il faut bien y réfléchir. 

De même le budget santé est à prévoir. Il y a l’entretien et soins courants : vaccins ;, antiparasitaires internes et externes contre les pucestiques, etc.. Et puis il y a les imprévus : maladies et accidents. Les factures vétérinaires peuvent vite grimper lorsqu’en maître responsable on souhaite soigner au mieux son compagnon. 

 

une assurance santé pour chien pour rembourser les frais vétérinaires

 

Parfois il y a des séquelles ou des maladies dont le traitement doit être à vie. Une raison pour laquelle il est envisageable de souscrire une assurance pour chien. Celle-ci prendra en charge les frais vétérinaires à hauteur de la formule choisie et permettre de gérer sereinement les frais. 

Comment bien choisir son chien et quelle race ?  

Il existe quelques 350 races de chiens reconnues par la FCI (Fédération Cynologique Internationale). Autant dire que le choix est vaste. Les races sont classées par groupe, 10 groupes au total. Des chiens de berger (1ergroupe) aux chiens de compagnie et d’agrément (9èmegroupe) en passant par les molosses (2ème groupe), les terriers (3ème groupe), les teckel qui forment à eux seuls le 4ème groupe, etc. 

Certains chiens sont plus faciles à éduquer que d’autres. Bien entendu, l’éducation va forger le caractère d’un chien. Mais certaines races sont réputées ne pas manquer de tempérament et ont besoin d’un maître à la hauteur

Les terriers sont têtus, comme c’est le cas par exemple du Jack Russel Terrier ou Parson Russel Terrier. Les chiens dits primitifs comme le Husky entre autres ont tendance à être fugueurs. 

Et la taille ne fait pas tout, ne serait-ce que chez les petits chiens. Il faut se méfier des apparences. Reprenons le cas du Jack Russel Terrier. Combien de maîtres se sont rendus compte après son choix, son achat, que ce chien de petite taille était une « boule de nerfs », très dynamique. Loin du chien de canapé !

En toute logique, là où vous choisirez votre chien, que ce soit chez un éleveur sérieux, une association de protection animale ou un amateur passionné, on devra vous mettre en garde et chercher à savoir si justement telle ou telle race vous convient. 

L’âge légal pour acquérir un chiot est 8 semaines minimum, mais il n’est pas rare que le chiot soit cédé  un peu après 2 mois pour une bonne socialisation, travail que le nouveau maître doit poursuivre. 

D’ailleurs, dans les documents que l’on doit obligatoirement vous remettre figure celui dit d’information recensant les besoins du chien en question : caractère, éducation, entretien, alimentation…. 

Ce document n’a rien de contractuel et peut se présenter sous différentes formes. Mais, en fait, c’est avant qu’il convient de se renseigner encore une fois sur la race qui vous attire afin de ne pas commettre d’erreur. 

Adopter un chien de pure race ou un croisé ?  

 

choisir un chien de pure race dans un élevage

 

Dans les associations de protection animale et les refuges, de nombreux chiens croisés, sans papiers, sont à l’adoption. On y trouve aussi des chiens de pure race. Ces derniers, ce sont les éleveurs, voire des amateurs passionnés de telle ou telle race qui en font commerce. 

Laisser parler votre cœur. Adopter un chien abandonné est une bonne action qui permet d’offrir une nouvelle vie à un animal qui n’a pas eu la chance de tomber sur des maîtres dignes de ce nom. 

Si vous souhaitez un chien de pure de race, ne choisissez que celui qui sera inscrit au LOF (Livre des origines français). Cela permet d’avoir une traçabilité, de savoir d’où il est issu, quels sont ses géniteurs, etc. 

Par ailleurs, chaque race dispose de son propre un standard officiel. Celui décrit non seulement les caractéristiques physiques vers lesquelles le chien va tendre en grandissant mais aussi les grands traits de son caractère. Même s’il peut exister des variations entre les individus et la manière dont ils sont éduqués. 

Choisir un chien inscrit au LOF est donc un gage de qualité. En outre, il existe désormais des test ADN afin de s’assurer que les géniteurs ne sont pas atteints de tares héréditaires pouvant s avoir transmis à leur descendance. Les éleveurs et amateurs sérieux testent leurs chiens et communiquent les résultats lors de la cession. D’autres tests existent par ailleurs : test pour certifier la filiation d’un chien ou tests de confortpour connaître le statut génétique d’un chien pour un trait morphologique ou une couleur de robe. 

Pour trouver le chien de pure race de vos rêves, n’hésitez pas à visiter plusieurs élevages et pas seulement ceux les plus près de votre lieu de résidence. Demandez à voir les parents, au moins la mère, l’étalon n’étant pas toujours  à l’élevage. Une relation de confiance doit s’établir entre vous et l’éleveur. 

Fuyez les marchands de chiens et gare aux offres sur Internet où les arnaques sont très nombreuses et où les chiens de piètre qualité sont proposés à la vente. A noter que la loi sur la maltraitance animale votée le 18 novembre 2021 a prévu d’interdire la vente de chiens (et chats) en animalerie à compter du 1er janvier 2024. 

Petit, moyen, grand chien, vie citadine ou rurale ? 

 

un grand chien a besoin d'espace pour voyager en voiture

Les mini comme le Chihuahua sont faciles à transporter. Ils ne sont pas si fragiles qu’ils en ont l’air et ne manquent pas tous de tempérament. 

Mais il ne faut pas chercher la miniature à tout prix. Tout comme l’hypertype qui fait que certains cherchent des chiens toujours plus « gros » que ne le préconise leur standard de race, ou à la face toujours plus aplatie, etc. 

Cela n’est pas sans danger pour la santé des chiens en question. Le tribunal de district d'Oslo (Norvège) a décidé unanimement l'interdiction d'élever des races brachycéphales, races à face aplatie : le Bulldog AnglaisKing Charles Spaniel et Cavalier King Charles

Les géants ont une espérance de vie plus courte, parfois 8, 10 ou 12 ans. Il faut le savoir au départ, la perte d’un compagnon étant de toutes les façons toujours un moment très difficile. 

Les chiens de berger du type Montagne des Pyrénées, Berger d’Anatolie par exemple ne sont pas fait pour vivre en ville. Mais nombreux sont les chiens qui peuvent vivre en ville dès lors que l’on est disponible et qu’on leur permet de se dépenser à leur guise. Ils seraient bien malheureux à passer des journées entières dans un jardin aussi grand soit-il. 

Mieux vaut un chien en appartement qui sort 4 fois par jour, qu’un chien en pavillon avec 100m² de jardin qui y passera sa vie entière. Tout chien a besoin de contacts, d’interactions avec l’extérieur, de rencontrer d’autres personnes, d’autres animaux, de congénères… cela est aussi important que le besoin d’exercice. 

Parfois ce n’est pas une question de taille. Un Berger Blanc pourra être citadin si son maître respecte un Dogue Allemand peut tout à fait vivre en appartement dès lors qu’il n’a pas d’escalier à monter et descendre en permanence. C’est le type de chien qui, comme beaucoup d’autres proches de leur maître, n’a pas besoin de grands espaces de vie. 

Il en est autrement pour la voiture. Il faut y penser. Lors des déplacements, on ne voyage pas avec un Léonberg ou un Bouvier Bernois, pour ne citer qu’eux, dans une petite citadine !

En parlant de déplacement, il vous faudra avoir conscience que les chiens ne sont pas acceptés partout et que l’on doit très souvent organiser ses vacances en conséquence. Ou bien trouver un système de garde

Chien mâle ou femelle ?  

 

Comment bien choisir son chien en fonction de son sexe est une question que se posent souvent les futurs maîtres. Les femelles sont en général plus souples, plus malléables. Chez les chiens, qui en plus de la compagnie ont des aptitudes physiques (sport, travail…) ou des aptitudes à la garde comme le Berger Allemand par exemple, le sexe de l’animal ne fait pas de différence quant à ses capacités. 

Il est conseillé de procéder sans attendre à la stérilisation afin d’éviter certaines maladies parmi lesquelles des tumeurs. Chez la chienne, la stérilisation évite les chaleurs, deux fois par an. 

La castration du mâle (on parle en fait de manière générique de stérilisation) peut éviter ou amoindrir certains comportement indésirables comme les fugues

La stérilisation permet également d’éviter les portées indésirables et donc de réduire le nombre d’abandonsdont on sait le nombre trop élevé. 

Si vous avez déjà un chien, il est conseillé de choisir un second animal du sexe opposé pour éviter tout risque de bagarre. 

Le choix d'un chien catégorisé 

 

choisir un chien dit dangereux impose de suivre de nombreuses obligations comme le port de la muselière dans les lieux publics

Vous rêvez d’avoir à vos côté un Rottweiler ou un American Staffordshire Terrier La loi sur les chiens dits dangereux de janvier 1999, bien qu’elle ait montré ses limites, est toujours d’actualité. E

Elle impose de nombreuses contraintes au quotidien et obligations : muselière dans les lieux public, évaluation comportementale du chien, permis de détention, assurance responsabilité civile. Sans parler du « délit de sale gueule » dont peuvent encore être victimes ces chiens. Alors que de nombreux experts (vétérinaires, vétérinaires comportementalistes…) ne cessent de répéter que la dangerosité supposée d’un chien n’a pas de rapport avec la race à laquelle il appartient.

Dans tous les cas, si votre choix se porte sur un chien appartenant à la seconde catégorie, soyez très vigilant lors de son acquisition en vous assurant de son inscription au LOF (chiot issus de parents LOF). Dans le cas contraire, un Stafforshire Terrier serait considéré comme appartenant à la première catégorie telle que définie par la loi et donc interdit. Il en vas de même pour les chiens dont les caractéristiques physiques les assimilent à des chiens de première catégorie dès lors qu’ils ne sont pas de pure race. 

Et si vous pensiez un peu à vous ! 

 

adopter un chien c'est s'engager pour de nombreuses années de bonheur à ses côtés

Tout ne tourne pas finalement autour du chien en lui-même. Il est aussi question de ses maîtres. 

On n’adopte pas un chien de la même manière lorsque l’on a soi-même 25 ans que 70. Il faut être disponiblepour son animal. 

L’offrir à un enfant qui en fait la demande n’est pas une bonne idée. En concertation avec toute la famille et décidée intelligemment, la présence d’un chien de compagnie est dans ce cas tout à fait bénéfique pour les plus jeunes. Nombreuses sont les races de chien pour lesquelles la cohabitation avec les enfants ne pose pas de problème dès lors que ces derniers les respectent. 

La question du nombre de personnes au foyer doit également se poser avant de décider d’adopter ou d’acquérir un chien. 

Nombreux ont ceux qui n’osent plus (prendre) reprendre un nouveau compagnon avec la peur qu’il se retrouve orphelin, avec l’angoisse de décéder avant leur chien.

Il est possible désormais de prendre en charge un chien pour une journée ou quelques jours. De nombreuses plateformes Internet proposent ce service d’échange entre particuliers. 

On peut aussi devenir famille d’accueil pour un chien guide ou auxiliaire ou bien pour un chien abandonné le temps que l’association qui s’en occupe trouve une solution de replacement. 

Certaines associations proposent des chiens âgés de 10 ans et plus à des personnes de 70 ans et plus à la recherche d’un nouveau compagnon et, de leur propre aveu, cela fonctionne très bien. 

 

Adopter un chien, c’est s’engager pour de nombreuses années. Ce n’est pas une décision à prendre à la légère. C’est d’ailleurs pour éviter les achats impulsifs que depuis le 1er octobre 2022 on doit obligatoirement vous remettre et faire signer au moins 7 jours avant la cession du chien un certificat d’engagement et de connaissance. Vous avez donc les principales clés pour savoir comment choisir son chien.  Il restera aussi une fois choisi à trouver le nom de votre compagnon. Et ça, ce n’est pas toujours le plus facile !